PARTAGER

L’Alliance pour le développement par l’intégrité, l’action, le nationalisme et l’africanisme (Adiana) a été lancée hier. Son président, Thierno Lô, et ses alliés veulent accompagner le chef de l’Etat dans ses actions et lui offrir une victoire aux Législa­tives, afin de mieux prendre en charge les préoccupations des populations.

Thierno Lô a lancé hier, à L’Harmattan, l’Alliance pour le développement par l’intégrité, l’action, le nationalisme et l’africanisme (Adiana). Selon lui, cette plateforme regroupe des partis et mouvements politiques, des membres de la diaspora, de la société civile et des indépendants. Adiana, qui a affirmé sa volonté d’accompagner les actions du gouvernement, s’engage également à être «auprès des populations en renforçant leurs capacités, en recherchant des financements, notamment pour les femmes et les couches les plus vulnérables». M. Lô précise que les différentes entités du mouvement sont liées par une «alliance politique, économique, stratégique et opérationnelle tout en se fondant sur le pluralisme et l’autonomie de ses membres». Les initiateurs d’Adiana ont aussi l’ambition politique de participer à une victoire du président de la République et de coalition aux élections législatives de juillet prochain. Sur ses relations avec ses anciens camarades du Pds, Thierno Lô rejette toute possibilité de retrouvailles avec eux. «Je ne partage pas les mêmes principes que mes camarades de mon ancien parti qui sont des politiciens. Je n’ai pas le temps pour des invectives ni pour la caricature. Je consacre mon temps au débat d’idées et de programme», précise-t-il.
S’agissant de la découverte du gaz et du pétrole au Sénégal, l’ancien ministre plaide une implication des entreprises privées sénégalaises dans l’exploration de ses ressources. Le président d’Adiana invite d’ailleurs les leaders africains à une «gestion saine» des ressources naturelles. «Nous voulons que les ressources minières des pays africains puissent profiter aux populations africaines par l’implication des multinationales africaines et que les élites africaines puissent signer les meilleurs contrats pour l’avenir des populations africaines», plaide-t-il.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here