PARTAGER

Les retraités du Sénégal sont très remontés contre l’Ipres. Et pour cause, il «veut diviser» leurs pensions par deux. Ils ont décidé de descendre dans la rue ce 28 décembre pour une marche de protestation.

Ils sont en pleine campagne. Aux allures d’un meeting, le Cadre unitaire des associations de retraités du Sénégal a tenu une assemblée générale hier à Thiès pour fustiger la gestion des responsables de l’Ipres. Il déplore surtout «la division des pensions par deux», et parle de «nébuleuse qui gangrène l’Ipres». Le coordonnateur national dudit, Birahim Fall, d’expliquer avoir vu «une pension de 6 000 F Cfa, laquelle, divisée par deux, donne 3 300 F Cfa, y compris les 10%». Et de s’interroger : «Qu’es-ce qu’un allocataire peut faire avec cette pension?» Une situation qui écœure les responsables du cadre qui interpellent les autorités étatiques pour «régler dare-dare cette question, et surtout rétablir les ponctions». Il trouve «aberrant qu’il y ait suffisamment d’argent dans les caisses (180 milliards F Cfa  de réserve) et qu’on ne songe pas à améliorer notre sort». Et de se demander : «comment l’Ipres peut-il regarder un individu se démerder avec une pension de 10 000 F CFA face aux multiples charges familiales ? Comment le Président Macky Sall peut-il parler d’émergence, de développer le pays sur la base d’une injustice sociale ?», a-t-il laissé entendre. Pour dire, selon le Coordonnateur national du cadre unitaire des associations de retraités du Sénégal, Birahim Fall, que «l’Ipres a encore poignardé les allocataires du Sénégal. Aujourd’hui tout le monde est mecontent». Pour sa part le secrétaire général national, Bachir Ndiaye, soutient que «tous les allocataires du Sénégal sont aujourd’hui regroupés autour du cadre unitaire». Il invite les autorités compétentes à  discuter avec les organisations de retraités autour d’une table pour trouver des solutions idoines à une mensualisation apaisée. Il trouve que «les calculs sont mauvais, les règles obsolètes, œuvre de responsables qui ne veulent pas régulariser la situation des allocataires». Ainsi le cadre unitaire réclame l’audit de l’Institution financière dirigée, selon lui par «des gens qui ne veulent pas la transparence». Il a prévu d’organiser une  marche de protestation qui partira de la place de l’Obélisque, à Dakar, le 28 décembre prochain.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here