PARTAGER

La pauvreté est un enjeu de société qui affecte à la fois les femmes et les hommes. Mais force est de constater que ce sont les femmes et les filles qui sont le plus touchées.
Elle entraîne une marginalisation et souvent une exclusion qui leur est spécifique.
La microfinance ambitionne de contribuer à la réduction de la pauvreté et des inégalités basées sur le genre par l’autonomisation des femmes.
C’est dans ce contexte qu’il convient de placer l’action du système financier décentralisé Uimcec qui cible principalement les femmes et les jeunes micro-entrepreneurs vivant dans les zones rurales et péri-urbaines pour accompagner leurs activités génératrices de revenus.
C’est ainsi que l’Uimcec a octroyé près d’un milliard de F Cfa de crédit aux femmes entrepreneurs de Sandiara, Ouakam, Grand Yoff, Grand Médine, Yoff , Diass et la vallée du fleuve Sénégal (St-Louis, Ross Béthio, Dagana , Richard Toll).
A côté de ces financements, l’Union des institutions mutualistes communautaires d’épargne et de crédit (Uimcec) du Sénégal déploie une stratégie de développement de produits de finance digitale en partenariat avec l’Uncdf (1) et Icco Stars (2).
Parmi ces produits, on peut citer la collecte quotidienne de l’épargne via une tablette par un réseau de collectrices, le sms banking, l’agency banking avec comme corollaire la mise en place d’un réseau d’agents tiers externe qui va favoriser la finance de proximité.
A signaler qu’en amont, un important programme d’éducation financière et numérique est déroulé pour induire des changements de comportement par rapport la gestion de l’épargne et des dettes.
Ce programme de formation a touché plus d’un millier de femmes leaders à travers le pays.
A ce rythme, le réseau dirigé par Ousmane Thiongane va sans doute réaliser sa vision à l’horizon 2024, c’est-à-dire être «une institution financièrement autonome et socialement responsable reconnue comme un acteur de référence dans la finance agricole et rurale, délivrant des services financiers et non financiers diversifiés, adaptés et innovants».
En partenariat avec Mlouma, c’est une révolution silencieuse qui s’opère par la dématérialisation de la demande de crédit pour la filière riz dans la vallée du fleuve Sénégal avec comme priorité booster l’entreprenariat féminin dans la chaîne de valeurs riz au nord du pays.
En définitive, l’Uimcec, par ces actes majeurs posés dans ce dernier trimestre de l’année 2020 malgré la crise sanitaire et économique, reste incontestablement fidèle à sa mission d’amélioration des revenus et le bien-être des familles par le renforcement du pouvoir économique des femmes et l’accompagnement des jeunes micro entrepreneurs en milieu rural et péri-urbain.
Mohamadou KANDE
mkande2000@gmail.com
1-Uncdf : United Nations Capital Development Fund
2-Icco Stars : Icco Coopération Strengthening African Rural Smallholders

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here