PARTAGER

Les villes de Fatick et  Gué­diawaye intègrent le réseau des villes apprenantes de l’Unesco. Cela a été rendu possible grâce à la coopération décentralisée entre le Sénégal et la ville française de Mantes-la-Jolie. D’ail­leurs, accompagné d’une forte délégation, Amadou Talla Daf, maire adjoint à l’action sociale, à l’innovation sociale, au fonds européen et la concertation pour le renouveau de la ville de Mantes-la-Jolie, est venu rendre visite ce lundi au maire de Fatick, Matar Bâ.
L’intégration de la ville de Fatick dans le réseau apprenante relève d’un engagement que l’adjoint au maire de Mantes-la-Jolie dit avoir pris, il y a plus d’un an, dans le bureau du maire de Fatick, par ailleurs ministre des Sports. Soutenant que «Mantes-la-Jolie  est la deuxième ville française à intégrer ce réseau après Clermont Ferrand», M. Amadou Talla Daf de dire que «nous avons pris l’engagement à Ham­bourg le 13 septembre 2019 que nous ferions en sorte, que compte tenu des liens très étroits qui nous existent entre la ville de Mantes-la-Jolie et le Sénégal, de faire que des villes intègrent le réseau». «Nous avons ciblé Fatick, c’est la ville de cœur de monsieur le ministre. Mais aussi c’est la ville du Président Macky Sall qu’il a dirigée avec maestria. Je fais partie du cabinet parce que je suis ambassadeur du Président en charge de la diaspora», indique l’adjoint au maire de Mantes-la-Jolie qui informe que «Guédiawaye constitue la deuxième ville sénégalaise pour intégrer le réseau des villes apprenantes. Le processus de l’Unesco c’est le processus de l’apprentissage tout au long de la vie. Raison pour laquelle l’Unesco demande aux villes de pouvoir évoluer dans ce processus-là», argumente Amadou Talla Daf, maire adjoint de Mantes-la-Jolie.
Originaire du Sénégal,  M. Ama­dou Talla Daf dit être «con­tent» de voir le Sénégal parmi 64 pays qui sont présents dans ledit réseau. La France ne dispose que de 4 villes dans le réseau, indique l’adjoint au maire de Mantes-la-Jolie, qui promet de continuer le travail avec l’Unesco pour que d’autres villes sénégalaises rejoignent le réseau des villes apprenantes. Les pays qui sont dans le réseau peuvent intégrer des thèmes comme l’environnement, l’inclusion, le développement économique, le numérique, l’alphabétisation.
Le ministre des Sports et maire de Fatick, Matar Bâ, juge très fructueux les échanges avec la délégation de Mantes-la-Jolie et s’est montré très optimiste quant à l’accompagnement que cette ville française a apporté pour permettre à Fatick d’intégrer le réseau des villes apprenantes de l’Unesco. «Si Fatick a la chance d’intégrer ce réseau, c’est extrêmement important pour nos jeunes, c’est extrêmement important pour les populations de Fatick», a souligné le maire de Fatick qui renseigne qu’en plus des 64 pays, le réseau note la présence en son sein 229 villes. Soulignant que cette coopération permettra de renforcer les capacités, le maire de Fatick promet que lui et ses collaborateurs vont veiller à ce que le dispositif puisse répondre aux attentes des populations de Fatick et du réseau. Magnifiant les liens forts unissant le Sénégal et la ville Mantes-la-Jolie, le ministre Matar Bâ de renseigner que cette ville avait mis à la disposition du Sénégal ses infrastructures pour préparer les prochains Jeux Olym­piques de la Jeunesse (Joj). La ville de Fatick recevra un corbillard dans le cadre de la Coopération décentralisée, an­nonce l’édile de Fatick, grâce à l’ef­fort de la commune de Fa­tick et surtout de M. Mous­tapha Gassama, qui n’est autre que le fils de l’ancien maire de Fatick, Macky Gas­sama, l’homonyme du Prési­dent Macky Sall, a tenu à informer le maire  Matar Bâ.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here