PARTAGER

C’est l’une des cités religieuses où l’école n’est pas acceptée jusqu’à nos jours. Les perceptions évoluant en la matière, avec l’autorisation du khalife, certains daaras vont bientôt recevoir des éducateurs-volontaires en langue française. Ils sont en formation dans la cité, avec l’appui de l’Usaid, pour 14 jours. Alors que le projet a une durée de 3 ans.

C’est une journée qui sera marquée dans le marbre : jeudi 21 janvier, 26 «éducateurs-volontaires des classes passerelles de l’Usaid» ont démarré une formation pédagogique pour une durée de 14 jours dans la cité religieuse de Médina Gounass, située à l’extrême Est du département de Vélingara. Au terme de leur formation, ces jeunes ayant au moins le Brevet de fin d’études moyennes devront être déployés dans 6 «daaras communautaires» situés dans la ville de Thierno Mahamadou Saïd Ba, son fondateur et premier khalife. C’est une information de l’inspecteur de l’enseignement, Souleymane Mbengue, Secrétaire général de l’Inspection départementale de l’éducation et de la formation (Ief) de Vélingara.
Dans ces écoles d’enseignement du Coran et des sciences de l’islam (daaras), les élèves des «classes passerelles» sont proposés par le maître coranique «sans limite d’âge et l’emploi du temps sera établi d’un commun accord, selon la disponibilité des apprenants qui devront prioritairement être à la disposition du marabout. Et suivre le programme de l’enseignement élémentaire pour un crédit horaire de 15 heures par semaine», détaille l’inspecteur Mbengue. Les futurs bilingues apprendront, en plus de la langue française, les mathématiques, la résolution de problème, la géométrie, l’étude du milieu et toutes les autres matières enseignées dans les écoles françaises du Sénégal. La formation en cours est axée sur la «didactique des disciplines de l’enseignement élémentaire, leurs objectifs généraux, les principes méthodologiques et les démarches pédagogiques». Ces activités permettront aux auditeurs des classes passerelles des daaras communautaires de «pouvoir, pourquoi pas, se présenter aux examens du Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) ou du Brevet de fin d’études moyennes (Bfem). Le programme dure 3 ans et est financé par l’Usaid, en collaboration avec l’Etat du Sénégal», poursuit M. Mbengue.
Médina Gounass est une cité religieuse de la confrérie tidiane où il n’existe pas d’école française formelle. A terme, avec l’accord du khalife, des écoles franco-arabes pourraient être ouvertes dans la ville dans le respect des volontés des autorités religieuses et des lois islamiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here