PARTAGER

La politique de dotation du Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (Faise) va être revue. Considéré comme «une structure plutôt dans une politique de distribution et non pas dans la création de fonds revolving», le Faise va bénéficier d’un accompagnement pour rehausser son budget.

Le Fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur (Faise) n’a pas eu les effets escomptés pour la simple et bonne qu’il est «une structure plutôt dans une politique de distribution et non pas dans la création de fonds revolving». Le secrétaire d’Etat chargé des Sénégalais de l’extérieur a fait l’annonce devant la représentation nationale, se faisant ainsi l’écho des partenaires techniques et financiers. Moïse Diar Diégane Sarr a rappelé que le Faise «a eu à bénéficier, depuis 2012, de plus de 10 milliards et que tous les montants investis l’ont été sur fonds perdus». C’est ainsi qu’il a plaidé pour l’examen de sa politique de dotation. Conclusion : «Il ne réussit toujours pas, à l’instar de la Délégation pour l’entreprenariat rapide, à décrocher un appui des partenaires techniques et financiers.» Bien que les crédits alloués au Faise en 2021 aient connu de hausse en passant à 1 milliard 700 millions avec 940 millions d’investissements et 750 millions pour le fonctionnement, la mobilisation des fonds reste un problème. Moïse D. Sarr a reconnu que «depuis 2017, les mobilisations pour cette structure ont été par moment inférieures à 50%, notamment en 2018 où la mobilisation était de 600 millions Cfa sur le milliard 400 millions Cfa de dotation initiale». Il a par ailleurs souligné que des efforts ont été faits depuis 2019 avec plus de 50% dans la mobilisation des ressources. A ce propos, il dira que 74% ont été mobilisés en 2019 et 750 millions Cfa l’ont été sur une dotation d’1 milliard Cfa en 2020.
Interpellée lors de son passage en Commission, Aïssata Tall Sall a expliqué que l’une de ses missions est «le renforcement du soutien apporté par l’Etat aux Sénégalais de l’extérieur à travers les différents instruments que sont le Faise, les Bureaux d’accueil, d’orientation et de suivi et le projet Gouvernance, migration et développement, entre autres». Le ministre des Affaires étrangères a informé que «son département et le ministère chargé de l’Economie vont ensemble, à travers d’autres canaux, notamment des programmes de financement tels que le Dfc, trouver des fonds pour appuyer le Faise afin qu’il puisse disposer de moyens additionnels de financement». Ces propos ont été mentionnés dans le rapport de la Commission des finances de l’Assemblée. Cette dernière a voté hier le budget du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Pour 2021, c’est 91 milliards 586 millions 952 mille 184 Cfa en autorisation d’engagement et 66 milliards 447 millions 748 mille 835 Cfa en crédit de paiement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here