PARTAGER

A Lomé, la vie a timidement repris son cours normal en début d’après-midi. Le secteur public n’a pas répondu à l’appel de l’opposition : le centre administratif a ouvert et les fonctionnaires étaient au bureau. Au Parquet de Lomé, des prévenus étaient con­duits chez le juge. La veille de cet appel de l’opposition, le gouvernement avait rappelé que ce vendredi était une journée ordinaire et ouvrée, appelant l’Admi­nistration et les secteurs publics à fonctionner normalement.

Le secteur privé au ralenti
Cela n’a pas été le cas pour tout le secteur privé. Dans la matinée, à Bè, au grand carrefour de Dékon et au grand marché, beaucoup de boutiques sont restées fermées. La circulation était au ralenti. Toute l’opposition a pris part à une messe en hommage aux victimes du samedi 19 août, à l’église de Christo Risorto. «Ce qu’on a souhaité, c’est le calme et la sérénité pour respecter la mémoire de ceux qui sont tombés et pour prévenir en même temps que cela ne se reproduise plus à l’avenir. Nous sommes satisfaits», a lancé, à l’issue de la cérémonie, Patrick Lawson, l’un des responsables du Combat pour l’alternance politique en 2015 (Cap 2015), qui avait appelé à cette journée d’hommage en même temps que le Parti national panafricain (Pnp). Le ministre togolais de la Fonction publique, Gilbert Bawara, dénonce de son côté une «stratégie de terreur, d’intimidation et de menaces des organisateurs de cette journée». Le parti au pouvoir organise la riposte. Il annonce des contre-manifestations en soutien au Président Faure Gnassingbé les 29, 30 et 31 août prochains.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here