PARTAGER

Léona Niassène ne compte pas fermer sa mosquée afin de se plier à la décision des autorités pour freiner la propagation du Covid-19. Le khalife de cette communauté religieuse de Kaolack l’a dit avec fermeté hier, de retour du Commissariat central de Kaolack où il avait accompagné l’imam de sa cité, qu’il avait autorisé à diriger la prière du vendredi, qui a été entendu puis relâché par la police.

La décision des autorités étatiques d’interdire les prières dans les mosquées peinent à passer, ces derniers temps, dans certaines cités religieuses. Il en est ainsi pour le foyer religieux fondé par Serigne Khalifa Niass à Kaolack : Léona Niassène. Et ce n’est pas la détermination de la plus haute autorité spirituelle de cette cité religieuse qui fera dire le contraire. Hier, en effet, après son retour du Commissariat central de police de Kaolack où il avait accompagné l’imam de la grande mosquée de Léona Niassène, Serigne Mouhamed Niass, convoqué par les enquêteurs à cause de la prière du vendredi qu’il a dirigée en violant la mesure d’interdiction de cet office. Ayant autorisé l’imam à conduire cet office, le Khalife Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Niass «Oumayma» a montré clairement qu’il désapprouve la convocation de ce dernier. C’était, d’ailleurs, assez suffisant, pour le guide religieux niassène de déclarer avec fermeté dans une vidéo circulant sur le net et les réseaux sociaux : «Nous ne fermerons pas la mosquée. Nous allons prier, nous attendons les policiers de pied ferme. J’attends maintenant de voir les Forces de l’ordre qui viendront nous imposer la fermeture. Elles me trouveront sur leur voie.»
L’imam de la grande mosquée de Léona Niassène a été convoqué, hier après-midi au commissariat central de Kaolack, pour avoir dirigé la prière du vendredi dans cette cité religieuse située en plein cœur de la capitale du Saloum. Accompagné du Khalife général de Léona Niass, Cheikh Ahmed Tidiane Niass «Oumayma», Mohamed Ibrahima Niass a répondu aux questions des limiers avant d’être relâché peu après. Cette convocation n’a pas laissé de marbre les talibés de la famille Niassène du quartier Léona. Ce qui s’est, du coup, traduit par une grande mobilisation de ces fidèles musulmans devant le Commissariat central de police de Kaolack pour exprimer leur solidarité à leur imam.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here