PARTAGER

Face à la réticence de bon nombre de Sénégalais par rapport à la vaccination contre le Covid-19 dont le démarrage de la campagne est prévu ce mardi 23 février, le maire de Niakhar tient à rassurer ses administrés. En remettant, samedi dernier, un lot de produits composés de 20 mille masques lavables, 2 mille 388 bouteilles de gel hydroalcoolique, 1008 litres d’eau de javel et du savon à certaines structures comme le district sanitaire de Niakhar et l’Inspection de l’éducation et de la formation (Ief) de Fatick, dans le cadre de la riposte contre la pandémie du coronavirus, Macodou Sène a profité de cette tribune pour inviter les quelques 35 mille habitants des 32 villages de sa commune à aller massivement se faire vacciner contre le Covid-19, le moment venu. Se voulant plus convaincant, M. Sène interpelle ceux qui doutent encore de la fiabilité du vaccin contre le Covid-19. «Il y a des sceptiques qui mènent une campagne contre la vaccination. A ces derniers je voudrais poser la question suivante : si le vaccin n’était pas bon, pourquoi les Etats auraient-ils senti le besoin de dépenser des milliards et des milliards pour acquérir des doses ?», s’est interrogé le non moins Directeur de l’administration générale et de l’équipement (Dage) du Secrétariat général du gouvernement. Qui, répondant à sa propre question, estime que si le vaccin n’était pas utile, les Etats auraient plutôt choisi de dépenser tous ces milliards dans, par exemple, la construction d’infrastructures comme des écoles, des routes ou des structures de santé, entre autres.
Aujourd’hui, ce qui reste à faire, selon Macodou Sène, c’est d’aller vers les populations afin de les convaincre à aller se faire vacciner. Sans que le respect des gestes barrières ne soit négligé. Sous ce rapport, il considère que les chefs de village et les relais communautaires notamment, ont un rôle extrêmement important à jouer dans la sensibilisation.
Par ailleurs, il faut signaler que dans le cadre de cette campagne de vaccination contre le Covid-19, un premier lot de 5 mille 830 doses de vaccin était attendu ce lundi 22 février à la Région médicale de Fatick, selon le médecin-chef de région, Dr Habib Ndiaye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here