PARTAGER

Le footballeur franco-sénégalais, Sofiane Diop, 20 ans, s’est imposé à la surprise générale dans le onze de l’As Monaco qui a dompté dimanche le Paris Sg (2-0). Une récompense qui intervient après que le joueur n’a pas hésité à aller s’aguerrir en Ligue 2 à Sochaux l’an passé.

Aux côtés des stars monégasques, Wissam Ben Yedder et Kévin Volland, le jeune Sofiane Diop s’est imposé en Ligue 1 cette saison en Principauté sous les ordres de Niko Kovac où sa technique et sa vision de jeu épatent. Pourtant, malgré un talent indéniable, tout était loin d’être gagné pour le milieu offensif franco-sénégalais qui a osé défier le Paris Sg dimanche en s’offrant même un but.
Repéré à 13 ans par le Stade Rennais, le joueur fait ses classes au centre de formation breton aux côtés de Adrien Truffert ou Sacha Boey, où ses qualités techniques impressionnent, au point d’être sélectionné en Equipe de France U18. Pourtant son nom surgit pour la première fois sur le devant de la scène en 2018, lorsqu’il refuse de signer son premier contrat professionnel à Rennes, tout comme son camarade Wilson Isidor, un autre espoir des Rennais.
Une décision qui avait aussi contrarié Julien Stéphan, tout juste promu comme entraîneur principal à l’époque, qui l’avait eu sous ses ordres avec l’équipe réserve : «J’avais regretté son départ. On avait longuement échangé là-dessus. Je l’avais eu à 17 ans avec la réserve, et il avait fait un choix que j’ai regretté», avait expliqué l’entraîneur en début de saison.
Direction donc Monaco, où le jeune homme pose ses valises pour entamer sa carrière professionnelle. Un choix audacieux qui lui donne d’abord raison. Le jeune milieu de 18 ans enchaîne les rencontres, notamment sous le mandat de Thierry Henry, et participe même à des rencontres de Ligue des Champions. Ses qualités sautent alors aux yeux, même au sein d’une équipe alors en difficulté.

Omar Daf : «Un amoureux du jeu, un perfectionniste, un véritable passionné et un bosseur»
Malgré des débuts très encourageants dans le monde des grands, Diop sera pourtant l’une des premières victimes du retour de Leonardo Jardim sur le banc de touche et sera contraint de s’exiler à Sochaux pour accumuler du temps de jeu.
Le Sénégalais Omar Daf, l’entraîneur du Fc Sochaux, ne garde que de bons souvenirs du passage du jeune homme : «Il est arrivé avec beaucoup d’enthousiasme et de fraîcheur mais aussi avec l’ambition de nous aider. Il a compris que la Ligue 2 serait un bon moyen pour lui de s’aguerrir. C’est le signe d’un garçon réfléchi. Et surtout c’est un amoureux du jeu, un véritable passionné et un bosseur.»
A la fin des séances tactiques, le jeune homme demande en effet toujours plus, que cela soit des coups francs, des mini-jeux ou des un contre un. «Pour le sortir du terrain, j’étais obligé de ramasser les ballons», s’amuse Omar Daf. Et une fois sorti du rectangle vert, Sofiane Diop ne s’arrête pas là. Le joueur se montre friand d’entretien individuel et de debriefing vidéo pour progresser et ne laisse pas de côté le renforcement musculaire nécessaire à son physique frêle. «Il est très minutieux et perfectionniste, confirme son ancien coach. Peu de jeunes sont comme ça. Pour beaucoup, sitôt l’entraînement terminé, ils prennent la douche et sont partis. C’est un gamin qui a compris tous les ingrédients qu’il fallait mettre pour réussir. Son niveau actuel ne m’étonne pas, il avait tout ce qu’il fallait pour réussir en Ligue 1 avec la confiance d’un coach.»

La Ligue 2 pour progresser mentalement
Malgré une expérience mitigée sur le plan statistique (1 but et 1 passe décisive en 15 matchs), le joueur a su faire évoluer son jeu et progresser dans le Doubs. «J’ai été très exigeant avec lui pour qu’il adapte ses déplacements. Il a un gros volume physique et il voulait aller partout sur le terrain. Moi je voulais vraiment qu’il joue dans la moitié de terrain adverse car il a les qualités pour éliminer et marquer des buts, explique Omar Daf. Il a franchi un cap à ce niveau et sur le plan mental car on a eu des matchs et des déplacements compliqués et il a répondu présent. Le mérite lui en revient.»
Le joueur est d’ailleurs toujours en contact avec Omar Daf et son staff, dont il prend régulièrement des nouvelles. «Humainement, c’est un gamin top. J’en avais parlé avec Julien Stéphan, avec qui j’ai passé mon diplôme d’entraîneur, avant de le prendre en prêt. Je n’avais eu que des bons échos. Il est à l’écoute, passionné, et souriant, c’est un régal de travailler avec Sofiane.»

Sofiane sur son coach : «Il m’a donné ma chance et j’essaie de lui rendre cette confiance»
Niko Kovac a donc lui aussi été conquis par le jeune homme, l’alignant comme titulaire à 22 reprises depuis le début de la saison, alors que le joueur n’était même pas certain d’évoluer avec l’équipe première au début de l’exercice. «Cet été, il n’était pas convenu que je joue autant en équipe première mais au club on m’a dit que rien n’était figé et que tout était possible. J’ai travaillé, le coach m’a donné ma chance et j’essaie de lui rendre cette confiance», a expliqué le principal intéressé.
Mais l’entraîneur croate ne le ménage pas et se montre toujours exigeant avec lui. «Avec le ballon il fait de belles choses, il est sur le bon chemin mais rien n’est acquis. La route est longue. Il doit progresser dans tous les domaines, notamment défensif, où ses performances ne me satisfont pas toujours», déclarait-il en janvier.
La prestation de haut vol de Sofiane Diop contre le Paris Sg de Mbappé dimanche, a marqué à coup sûr les esprits, lui qui a déjà fait trembler les filets à six reprises cette saison.
Avec Ouest-France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here