PARTAGER

En visite de terrain dans la plus grande zone de production du coton du département de Vélingara, samedi, le ministre de l’Agri­cul­ture et de l’Equi­pement rural, Pr Moussa Baldé, a prédit la relance de la filière coton du fait de l’augmentation du rendement et de la production nationale en 2021. Il a promis le renforcement des cotonculteurs en matériels lourds.

La Société de développement et des fibres textiles (Sodefitex) refile du bon coton. La production nationale de l’or blanc a augmenté en 2020 ; passant de 15 mille tonnes en 2019 à 20 mille tonnes en 2020. Soit un surplus de 5 mille tonnes. Même si les surfaces emblavées ont diminué, le rendement a augmenté atteignant 3,5t/ha, dans le secteur cotonnier de Linkéring, à l’Est du département de Vélingara.
Ces informations sont fournies par le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Pr Moussa Baldé, qui effectuait samedi une visite dans «le plus grand marché de coton de la Sodefitex» dans le village de Wadiyatoulaye, où 115 producteurs ont réalisé une production totale de 346 tonnes de l’or blanc. «C’est un progrès important de la filière coton qui témoigne que sa relance, souhaitée par le chef de l’Etat, est en marche. Nous allons l’intensifier avec la Direction générale de la Sodefitex et avec tous les producteurs. Il faut féliciter les producteurs. Nous devons créer des champions, c’est-à-dire faire en sorte que 90% des producteurs fassent des rendements de 3,5t à l’hectare. Nous allons tout faire pour que la production de coton ne baisse plus jamais», a rassuré Pr Moussa Baldé, accueilli par les agro-pasteurs qui ont adopté le coton comme principale culture commerciale.
Le champion du coton dans la zone, Saliou Baïdy Baldé, qui a réussi un rendement de près de 3 tonnes à l’hectare avec une production totale de 35,440 tonnes de coton, a réaffirmé sa foi en cette culture, comme moteur de développement dans son village natal et environs. Il a dit : «Nous n’avons que l’agriculture comme activité économique dans cette zone. La culture du coton m’a permis de renforcer mon troupeau de bœufs et transformer mes cases en bâtiment en dur. Toutefois, nous éprouvons d’énormes difficultés à boucler les semis à temps faute d’équipements lourds. Et puis la récolte du coton est très dure. Un appui en engins de récolte va faciliter le travail et attirer plus de personnes dans la filière.»
En réponse, le ministre Baldé a promis de renforcer les producteurs en matériels lourds dans le cadre du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas)
La 2ème étape de la visite du ministre fut le complexe agro-industriel qui traite et produit des fibres et des graines de coton. Le Directeur général de la société cotonnière, Papa Fata Ndiaye, au terme de la visite, a dit : «Nous sommes ravis de cette visite. Nous avons juste voulu montrer au ministre comment fonctionne la filière.»
Ce qu’il n’a pas dit et qu’il faut comprendre par cette visite est que la Sodefitex a besoin du soutien de l’Etat pour la relance de la culture du coton. Les bons résultats de cette année plaidant en sa faveur. Le ministre, au fait des difficultés de la filière, pourrait être un bon avocat auprès du gouvernement pour attirer les investissements de l’Etat dans la cotonculture.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here