PARTAGER

C’est la consternation à Gabou, située à une trentaine de kilomètres de Bakel. Jeudi, une attaque à main armée a secoué les populations de cette commune. Des personnes encagoulées ont tiré à bout portant sur un commerçant qu’ils ont voulu dépouiller de son argent. L’homme est décédé sur place. Etabli à Gabou depuis belle lurette, le commerçant n’a pas voulu céder aux menaces des assaillants qui voulaient prendre son coffre-fort. Chose qu’il refusa catégoriquement. Sans sommation, ils lui ont tiré dessus avant de l’abandonner à son tragique sort.
Pour l’instant, il y a un paquet de questions auxquelles les enquêteurs doivent apporter des réponses : Ont-ils réussi à emporter de l’argent ? Combien étaient-ils ? Quels types de fusils ont-ils utilisé ? D’où viennent-t-ils ? En attendant les réponses, la gendarmerie poursuit son enquête pour essayer de tirer au clair cette affaire.
Ce nouveau drame relance le débat sur l’insécurité dans cette zone. Surtout que Gabou ne dispose pas de poste de gendarmerie, malgré l’insécurité. «Il est fréquemment noté des attaques violentes dans la zone», regrette un jeune sous le couvert de l’anonymat, qui rappelle l’attaque du bureau de la poste l’année dernière qui a été vandalisé et suivi de l’assassinat d’un vigile. «Nous ne sommes pas en sécurité», insiste-t-il. Nos tentatives de joindre le maire de la commune, Bocar Sy, pour avoir sa réaction, sont restées sans succès. En attendant, les deux épouses du commerçant et ses enfants sont inconsolables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here