PARTAGER

La deuxième vague de Covid-19 n’épargne pas le département de Mbour. Les chiffres montrent l’ampleur de la pandémie et la rapidité de la transmission du virus qui ne cesse de faire des victimes dans cette partie où beaucoup d’activités se déroulent. Depuis le début, 1032 cas ont été diagnostiqués positifs dans le département. Le district de Mbour est le plus touché avec 497 personnes testées positives dont la plupart ont été infectées à cause de la transmission communautaire.
Très fréquentés, le marché central de la ville, le quai de pêche  et la gare routière sont des lieux à haut risque où le virus se multiplie avec les rassemblements énormes que cela engendre dans ces lieux. Pour freiner la propagation du virus en plus du couvre-feu, le préfet de Mbour a pris des mesures restrictives : le marché et le quai de pêche ouvrent à 8 h et ferment à 18h du lundi au samedi. Alors que les marchés hebdomadaires sont mis en quarantaine jusqu’à nouvel ordre.
Au district de Popenguine, la situation semble se stabiliser. Selon son médecin-chef, le commandant Simon Ndiaye, les dépistages se pour­sui­vent jusqu’à présent. Mais, il reste toujours la problématique observance des gestes barrières.
«On n’a quelques cas qui sont pris en charge et ce ne sont vraiment pas des cas graves pour le moment. Mais nous demandons aux populations du district et au-delà, de respecter les mesures barrières. Il n’y a que ces précautions qui, pour le moment, peuvent nous aider à faire face à la pandémie. Parce que sinon, on aura plus de cas graves et qui dit cas graves, parle de morts. Et c’est cela qu’il faut redouter. C’est dans ce sens que nous demandons à tout le monde de faire des efforts pour observer les recommandations», souligne Dr Ndiaye.
Aujourd’hui, le district de Popenguine compte 446  cas confirmés dont des importés à l’Aéroport international Blaise Diagne et 5 décès. Même s’il n’y a pas de malades dans un état grave en observation, commandant invite la population à «venir très tôt dans les structures sanitaires s’ils se sentent malades». Car, il craint probablement des cas qui restent chez eux ou se font soigner chez les tradi-praticiens.
Par ailleurs, le district de Joal-Fadiouth est aussi dans une situation moins anxiogène. Avec 52 patients positifs au Covid 19 dont 3 décès, les autorités administratives et médicales essaient de serrer la vis. Surtout que la plupart sont issus de la redoutable transmission communautaire du fait de la mobilité des gens au niveau du quai de pêche mais également de la gare routière.
Quid du district sanitaire de Thiadiaye ? Avec 39 malades, les responsables de la riposte épidémiologique ont pris aussi des mesures de confinement en in­terdisant les marchés hebdomadaires qui y font floraison pour éviter également une propagation du virus dans cette zone.

Kaolack, un sérieux cas

La situation ne change pas à Kaolack : Avec 22 nouveaux cas de coronavirus dont 19 cas issus de la transmission communautaire, la situation de la pandémie empire. «Au cours des dernières 24 heures, la région de Kaolack a enregistré 22 nouveaux cas positifs de coronavirus dont 19 issus tous de la transmission communautaire», indique notamment la Région médicale dans un communiqué. La même source an­non­ce la guérison de 13 pa­tients.
A ce jour, la région de Kao­lack, qui ne fait pas partie des zones touchées par l’Etat d’urgence et le couvre-feu malgré la dégradation de la situation, a comptabilisé 992 cas positifs de Covid-19 dont 475 guéris et 52 décès, selon la Région médicale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here