Les travailleurs du Fonds d’entretien routier autonome (Fera), «dans le désarroi», réclament 5 mois de salaire. Alors qu’ils continuent de faire «correctement» leur travail. Après avoir passé la Korité dans la dèche, la Tabaski qui se profile à l’horizon risque d’être plus catastrophique, ont-ils grondé, appelant le nouveau chef de l’Etat, Bassirou Diomaye Faye, à voler à leur secours.

Par Abdoulaye FALL – A Tambacounda, les travailleurs du Fera sont désappointés. Ils sont sans salaire depuis plusieurs mois. Et malgré cela, ils continuent de travailler de la plus belle des manières. «Sous peine d’être licenciés», ont-ils soutenu. Ils sont plusieurs centaines de pères et mères de famille dans le désarroi sans oser lever la voix. «Nous avons passé la Korité sans un sou, se sont-ils désolés. Et nous risquons de fêter la Tabaski sans un rotin, si rien n’est fait.» «A la fin de ce mois de mai, nous serons à notre 6ème mois sans salaire. L’équivalent de la moitié de l’année de travail sans paie. C’est pourquoi nous interpellons le Président Diomaye Faye pour que la situation soit réglée. Car, ont rugi nos interlocuteurs, trop c’est trop. Si rien n’est fait, plus de 200 personnes vont passer une très mauvaise fête de Tabaski après une Korité malheureuse», préviennent-ils.
Pour l’instant, ils sont obligés de se plaindre sous le couvert de l’anonymat. «Et le plus désolant, c’est que nous n’osons même pas élever la voix pour se faire entendre sous peine d’être limogés. C’est vraiment ahurissant», ajoutent-ils. L’espoir renait avec le nouveau régime. «Les nouvelles autorités ont promis la rupture. Nous osons espérer que si le président Diomaye est interpellé, la situation va évoluer. Ce que nous prions de toutes nos forces», espèrent-ils.
abfall@lequotidien.sn