PARTAGER

La commune de Yeumbeul Nord ne fait pas exception : l’observance des gestes barrières n’est pas une règle dans cette commune, située dans la lointaine banlieue dakaroise. Les Badiénous Gokh essaient d’inverser la tendance en sensibilisant les populations. Mais elles sont exposées aussi au risque de contamination sans moyens de protection contre le Covid-19. Alors qu’elles sont investies d’une mission de service public. «Nous ne cessons de sensibiliser la population. Avec la première vague, nous avons fait le terrain, du porte-à-porte, alors qu’on nous a pas remis des masques, ni du gel hydro-alcoolique. On risque nos vies d’autant plus nous avons constaté que cette deuxième vague est en train de faire des ravages au niveau de cette localité à cause de nombreux cas de coronavirus», dévoile Mariama Diallo, qui participait à une opération de désinfection menée par le Service national d’hygiène.
En écho, Moustapha Kane, chef de la Brigade régionale d’hygiène de Dakar, essaie de convaincre les populations d’adhérer aux mesures de protection dans toute la banlieue. «Nous avons mené des sensibilisations au niveau des marchés et mosquées. Et aujourd’hui nous nous sommes intéressés aux populations avec le produit de l’eau de javel. Nous sommes intervenues à Thiaroye, Guédiawaye, et aujourd’hui nous sommes dans la commune des Niayes. Et la maladie qui se transmet à travers les objets que nous utilisons, il faut forcément sensibiliser la population pour leur faire comprendre que la maladie est toujours là. Et qu’il faut que les maisons soient désinfectées avec une eau javellisée», renseigne M. Kane. Il annonce que cette opération de sensibilisation va être étendue à plusieurs localités du pays. «Nous avons tous les moyens de protection à notre disposition pour combattre cette maladie qui ne cesse de hanter le sommeil des populations. Et ce n’est pas facile de lutter contre elle si la population n’est pas engagée», renchérit le chef de la Brigade régionale d’hygiène de Dakar. Il a raison, car le constat sur le terrain est accablant : la plupart des populations ne respectent pas le port du masque encore moins la distanciation physique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here